Privatiser bar dansant à Paris

Découvrir le club

Privatiser une boite de nuit à Paris

Privatiser un lieu dans Paris ou l’on peut faire danser ses invités avec une sono puissante et de qualité, c’est très compliqué. C’est le constat que nous avons fait ces dernières années.

Privatiser un bar à Paris

Privatiser un bar c’est relativement simple. Il y a énormément de choix, pour tout type de superficie et pour tout type de décoration. Quelques semaines voir quelques jours à l’avance, il est relativement simple de privatiser une partie ou l’intégralité d’un bar pour pouvoir recevoir un grand nombre d’invités (généralement entre 20 et 100 personnes). On peut ainsi jouir d’un cadre festif sans mettre à mal son propre appartement et se mettre à dos les voisins pour l’année. Certains établissements proposent même lors des privatisations d’amener de quoi grignoter, et très souvent, de partager un gâteau pour célébrer un anniversaire par exemple. Certains bars, et c’est plus rare, proposent même de vous donner les commandes pour diffuser la musique de votre choix. Et c’est là que le bas blesse. Les sonos sont de mauvaise qualité, les volumes sonores sont limités pour cause de plainte du voisinage, et il devient par conséquent très compliqué d’organiser une soirée ou vos invités peuvent danser et ou la fête est totale.

Privatiser un lieu ou l’on peut danser

C’est le défi que tente de relever aujourd’hui le Kabukicho. L’établissement possède une isolation phonique totale (laine de roche et BA13 phoniques recouvrent l’intégralité des surfaces) et possède une sono d’une qualité exceptionnelle : un caisson de basse Lucas performer et 7 satellites HK pour un système de plus de 1500W. Coté DJ, deux choix s’offrent à vous. Brancher tout simplement un iphone ou un ordinateur qui servira de juke box ou inviter le DJ de votre choix qui pourra mixer sur du matériel professionnel (table de mixage DJM900, platines DJ750, platines vinyles RP7000). Transformer votre soirée en une véritable fête comme en boite de nuit, dans un club à taille humaine avec une sonorisation de pointe.

Bar avec une sono de qualité

La sonorisation amplifiée du Kabukicho n’est pas son seul atout. Le club a été décoré par le creative sweatshop et deux artistes parisiens (Inèes Longevial et Julien Drappier) et remanier d’une identité japonaise avec photos dénudées d’Araki Noboyushi et une grande pieuvre (symbole érotique au japon) coté façade. Découvrez le club, ses photos, son histoire et sa génèse ici : https://kabukicho.fr/le-club/

Pour toute information relative à une privatisation, contactez Xavier Mattern ici.